Tout savoir sur le stress oxydatifs et comment le combattre, avec cet assortiment de végétaux riches en antioxydants

Stress oxydatif : déséquilibre entre antioxydants et radicaux libres

Pressé ? En résumé : Pressé ?
En résumé :
8 minutes

• Découvrez nos conseils clés pour mieux comprendre et détecter le stress oxydatif
• Comment prévenir ce type de stress ? Grâce à l’alimentation riche en antioxydants (cacao, noisette, fraise, etc.) et aux ingrédients de santé naturels (vitamines, extrait de plantes, lutéine, etc.)

Retrouvez-nous sur notre page Facebook, on partage des informations exclusives ! J'en profite pour répondre à toutes vos questions, je suis impatient d'échanger avec vous !
Je vous rejoins

Vous avez lu « stress oxydatif » et vous êtes déjà stressés par ces mots peu charmants que vous ne comprenez pas ? Pas de panique… Après lecture de cet article, vous aurez presque envie de l’appeler « relax oxydatif » !

Le stress oxydatif n’est pas une maladie en soi !

Mais il crée des conditions dans notre corps qui peuvent induire ou accélérer les maladies !

Dans stress oxydatif, il y a le mot « stress », ça ne vous a pas échappé. Pas de lien direct avec l’anxiété, la boule au ventre ou la peur panique du stress psychologique… Cela dit, si vous faites partie des gens surmenés au boulot, régulièrement fatigués, en permanence en train de vous adapter à de nouvelles contraintes, ou stressés, vous risquez de présenter des périodes de stress oxydatif importants.

Alors vous l’avez compris, il est grand temps de vous intéresser à ce phénomène !

Le stress oxydatif, c’est quoi ?

D’abord, qu’est-ce que c’est, le « stress oxydatif » ?

Le stress oxydatif (ou stress oxydant) est une agression chimique oxydative des cellules de notre organisme par des radicaux libres.

Les radicaux libres sont des substances réactives liées à l’oxygène, qui sont produits par les réactions biochimiques physiologiques de notre corps. S’ils sont à dose normale, les radicaux libres sont utilisés pour leur aspect bénéfique (lutte contre des infections, mort cellulaire des cellules cancéreuses) ou détruits par les antioxydants. Jusque-là, tout va bien.

Mais comme les radicaux libres sont aussi produits par des facteurs extérieurs comme les UV, la fumée de cigarette, l’alcool, la pollution, la fatigue, le surmenage, le sport intense, ils deviennent parfois trop nombreux et alors ils sont très toxiques pour nos molécules vitales (protéines, lipides, ADN).

Le dilemme, vous le voyez venir ?

Si vous voulez être en bonne santé, et ne pas développer de maladies, il faut trouver un bon équilibre entre : la production de radicaux libres (juste ce qu’il faut pour la santé) et la production d’enzymes antioxydantes permettant au taux de radicaux libres d’être correct !

Quand il y a un déséquilibre… et bien PAF : c’est la panique…et son stress oxydatif ! Et là, ça se complique…

Les conséquences d’un stress oxydant

Vous voyez la belle table de jardin en fer forgé que vous avez chinée en brocante l’année dernière ? Oui, cette table que votre conjoint vous a demandé 20 fois de repeindre avant qu’elle s’abîme ? Et bien vous la vouliez blanche colombe, mais vous l’aurez marron rouille !

Comme votre table sous l’influence des vents et pluies d’automne, votre organisme soumis au stress oxydatif, rouille… de l’intérieur !

Le stress oxydant va dégrader un grand nombre de tissus : cœur, peau, muscles, vaisseaux, cellules nerveuses…

Il est impliqué dans le vieillissement accéléré et donc dans les maladies dégénératives (maladie de Parkinson, maladie d’Alzheimer, DMLA), et les maladies chroniques évolutives (diabète, rhumatismes, problèmes cardiovasculaires, allergies). Ça ne fait pas franchement envie.

Mais ce n’est pas tout : le stress oxydatif va toucher le noyau des cellules, et peut donc modifier le code génétique de nos cellules et les transformer en… cellules cancéreuses (« Ah ouais, quand même… Finalement, le stress oxydatif porte bien son nom… »)

Comment détecter le déséquilibre antioxydants/radicaux libres ?

Bon, à ce stade, vous réalisez que finalement, vous vous passeriez bien du stress oxydatif. Je vous comprends, moi aussi. Alors est-ce que ça se détecte ?

Oui ! Et de plusieurs manières…

Le bilan sanguin

En première intention, votre médecin vous prescrira une prise de sang pour évaluer le stress oxydant.

  • après un évènement particulièrement stressant (surmenage, fatigue, effort sportif)
  • si vous avez une maladie chronique, évolutive
  • si vous prenez depuis longtemps des compléments alimentaires et que vous souhaitez les adapter

Le bilan de stress oxydatif ne donne pas d’informations sur l’existence d’une pathologie particulière (et sûrement pas d’un cancer !) mais montre si vous avez une plus grande fragilité à en développer une !

Les bilans de stress oxydatif de type EQUINOX

Ils permettent de mesurer :

  • Des marqueurs du stress,
  • Des enzymes antioxydantes (glutathion peroxydase plasmatique),
  • Des antioxydants, des vitamines,
  • Le béta carotène et des oligoéléments (zinc, cuivre, rapport Zn/Cu et sélénium plasmatiques).

Si votre bilan est anormal, alors vous aurez à en pratiquer un autre 6 mois plus tard pour vérifier qu’il s’est normalisé. Si votre bilan est optimal pour les chanceux, ça veut dire que vous avez sûrement une bonne hygiène de vie : alors, poursuivez 💪 !

Les autres méthodes de détection

En dehors des examens sanguins, un simple diagnostic alimentaire peut être réalisé par votre nutritionniste. Ou encore votre médecin, qui lui regardera si votre profil ou vos antécédents de santé peuvent nécessiter une supplémentation en antioxydants.

En effet, des indicateurs clés comme le surpoids, les inflammations chroniques ou encore l’hypertension pourront permettre aux professionnels de santé de détecter l’arrivée d’un potentiel stress oxydatif.

Prévention par l’alimentation ? Modération des activités physiques intenses ? Deux actions qui peuvent s’avérer efficaces ! Nustrastream vous aide à trouver la solution la plus adaptée à votre mode de vie.

Retrouvez-nous sur notre page Facebook, on partage des informations exclusives.
J’en profite pour répondre à toutes vos questions, je suis impatient d’échanger avec vous 😃 !

Je vous rejoins

Comment prévenir le stress oxydatif ?

La myrtille est un super aliment pour lutter contre le stress oxydatif

Quand vous étiez petit, mamie vous a sans doute répété inlassablement : « Mange ta soupe si tu veux grandir ! ». Eh bien moi, je vais plutôt vous rabâcher : « Mange ta soupe si tu ne veux pas vieillir » !

Les solutions antioxydantes sont dans votre assiette !

Savez-vous que seulement 5% des Français respectent les apports nutritionnels recommandés selon le CREDOC (Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de Vie) et qu’un grand nombre de Français a une alimentation carencée en fruits, légumes selon l’étude SUVIMAX ?

Pour lutter contre le stress oxydatif, il vous faut dans l’assiette :

  • Des antioxydants : vitamine C (qui booste les défenses naturelles, protège le capital cellulaire et aide à l’absorption du fer) ; vitamine E (qui neutralise les dommages oxydatifs et protège la membrane des cellules), vitamine B (qui joue un rôle dans le métabolisme du fer) ; caroténoïdes ; polyphénols
  • Des oligoéléments qui vont activer des enzymes antioxydantes : zinc, cuivre, manganèse pour la superoxyde dismutase ; fer pour la catalase ; sélénium pour la glutathion peroxydase.

Pas besoin de stresser ! Une alimentation variée apporte tout cela.

Et voici quelques conseils en prime pour vous.

  • Évitez : les additifs (et donc les plats industriels) ou encore le gros steak carbonisé au barbecue
  • Préférez : les légumes entiers (plutôt que les jus, mais pas besoin non plus de vous séparer de votre précieux extracteur de jus qu’on vous a offert), les légumes crus ou peu cuits (vivre les bâtonnets de carottes et concombres à l’apéro), les aromates bio comme le curcuma ou le gingembre (déjà aphrodisiaque, ça lui en fait des qualités à ce gingembre !)

Vous pouvez aussi vous référer à l’ORAC.

Ce n’est pas le nom d’une énième ONG.

ORAC signifie Oxygen Radical Absorbance Capacity, ou Capacité d’absorption des radicaux dérivés de l’oxygène.

C’est un indice qui donne le pouvoir antioxydant d’un aliment.

Plus l’ORAC est élevé, plus l’aliment a des propriétés anti oxydatives. Par exemple, 100g de pastèque, c’est 142 unités ORAC alors que 100g de curcuma, c’est 127 068 unités ORAC !

Une alimentation normale compte en moyenne 2000 unités ORAC par jour.

L’objectif est d’atteindre entre 3000 et 5000 unités ORAC/ jour pour réduire le stress oxydatif.

Alors, vous êtes plus à l’aise à l’ORAC maintenant ? Vous l’aurez compris, il faut arrêtez de compter les calories, c’est has been ! Commencez à compter les unités ORAC, ça vous rendra moins « stressé » et plus branché !

L’alimentation n’est pas la seule responsable pour éviter un stress oxydatif ! D’autres critères peuvent être pris en compte…

Sport intensif : oui mais avec modération !

Si Jean de la Fontaine avait réécrit la fable « Le lièvre et la tortue » en rapport avec le stress oxydatif, il aurait remplacé son « Rien ne sert de courir, il faut partir à point » par « Rien ne sert de courir à fond, il faut faire preuve de modération ».

L’effort sportif intense va produire beaucoup (trop) de radicaux libres.

N’ayez plus honte de ne pas être le plus ou la plus forte à votre cours d’abdos fessiers, n’enviez pas votre meilleur ami marathonien, si vous faites du sport doucement mais régulièrement, votre corps vous dira merci !

Les ingrédients de santé naturelle, l’alternative antioxydante !

Dans certaines situations, le stress oxydatif se révèle important.

C’est le cas avec des traitements médicamenteux lourds, à la suite d’une opération ou lorsque les habitudes de vie changent (sport intensif, mauvaise alimentation, tabagisme excessif ou trop d’alcool…) , exposition au soleil prolongée (durant la douceur de l’été), il faudra envisager une supplémentation.

Pourquoi sont-ils aussi importants ?

Sans se substituer à une alimentation équilibrée (non, vous n’échapperez pas à la bonne soupe chaude de mamie !), les compléments alimentaires apportent des micronutriments qui aident à la protection des cellules contre le stress oxydatif et renforcent le système immunitaire.

Ils permettent d’atteindre des objectifs de forme lorsqu’ils sont consommés avec modération et sur de courtes périodes. Il faut bien sûr veiller à respecter les doses recommandées car une surconsommation d’antioxydants peut produire l’effet contraire à celui escompté. Ça serait dommage, non ?

Mais comment se présentent-ils ?

Les compléments alimentaires anti-radicaux libres se présentent le plus souvent sous forme de complexes avec :

  • Des extraits végétaux : raisin, myrtille, papaye, grenade, ananas, oignon, brocoli, thé vert, curcuma, etc.
  • Des oligo-éléments : zinc, cuivre, sélénium
  • Des acides gras oméga 3
  • Des vitamines : A, B2, B6, B9, B12, C, E
  • Des caroténoïdes : lutéine, zéaxanthine

Lesquels choisir ?

Laissez moi tout vous dire.

Déjà, les nutriments, c’est la base !

Le zinc n’est pas seulement le matériau qui compose votre gouttière ! Il va agir comme un antioxydant puissant en piégeant les radicaux libres. Cela va prévenir le vieillissement cellulaire et renforcer le système immunitaire.

Le sélénium, lui, participe à la régénération des antioxydants tels que la vitamine C et E. Il va agir en synergie avec le zinc pour lutter contre le stress oxydatif..

Ensuite, considérez certaines plantes comme de l’or vert !

Des plantes comme le thé vert, le romarin, l’olivier et le gingembre sont riches en antioxydants. L’astragale est une plante anti-âge aussi très réputée.

La gemmothérapie qui privilégie les bourgeons ou jeunes tissus de romarin, tilleul, ronce, cassis et genévrier est aussi intéressante.

Conclusion

Feuilles de différents thés placées sur une table permettant de lutter contre les radicaux libres

Feuilles de thé riche en antioxydants protecteurs

Le professeur Harman, père de la théorie sur les radicaux libres, en connaissait un rayon sur la question du vieillissement lié au stress oxydatif, comme en témoigne son grand âge lorsqu’il nous a quittés, à 98 ans !

Il consommait chaque jour un complexe multivitaminé contenant entre autres du zinc, de la vitamine E et du sélénium.

Alors même s’il ne s’agit peut-être pas de la pierre philosophale, il s’agit sans l’ombre d’un doute d’un coup de pouce vers la longévité !

Retrouvez-nous sur notre page Facebook, on partage des informations exclusives.
J’en profite pour répondre à toutes vos questions, je suis impatient d’échanger avec vous 😃 !

Je vous rejoins

Et vous, quels sont vos secrets « antioxydants » du quotidien ? Nous partageons beaucoup d’astuces sur notre page Facebook

Retrouvez-nous sur notre page Facebook, on partage des informations exclusives ! J'en profite pour répondre à toutes vos questions, je suis impatient d'échanger avec vous !
Je vous rejoins

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prenez en main votre santé

Rejoignez la communauté et recevez nos nouveautés tous les 15 jours par email