Plan rapproché de bonnes bactéries peuplant le microbiote itnestinal

Microbiote intestinal : les nutraceutiques à la rescousse d’un écosystème digestif déséquilibré

Pressé ? En résumé : Pressé ?
En résumé :
13 minutes
  • L’extrême délicatesse de la muqueuse digestive la prédispose aux risques d’inflammation et d’infection
  • Des nutriments et d’autres éléments spécifiques contribuent au bon fonctionnement du système digestif
  • Les nutraceutiques sont des actifs présents dans les aliments permettant de renforcer l’équilibre de l’écosystème digestif humain
Chouchoutez votre microbiote Découvrez le fonctionnement de la flore intestinale et comment la chouchouter 😉 avec cet e-book complet (et son guide pour bien choisir vos probiotiques)
  • Je reçois mon guide digestion et ma newsletter (désinscription à tout moment)

Comment assurer l’équilibre du système digestif ? Si vous souffrez de troubles de transit intestinal, vous vous êtes surement déjà posé cette question. Peut-être pas exactement sous cette forme, mais le simple fait de vous demander comment prendre en main vos symptômes veut dire la même chose.

Mais avez-vous déjà essayé d’imaginer le déroulement exact du processus de digestion ? C’est un procédé assez délicat, d’autant plus que l’écosystème digestif humain regorge de nombreuses subtilités. Il n’en est pas moins pour le microbiote intestinal.

Le système digestif est constitué d’un ensemble d’organes œuvrant chacun à une étape précise du processus de digestion. L’objectif est simple : optimiser l’absorption des nutriments et débarrasser l’organisme des éléments pouvant lui être toxiques.

Pour s’assurer de la réussite de cette mission, les différents organes collaborent ensemble dans des conditions reposant sur des paramètres complexes. Malheureusement, des dysfonctionnements peuvent subvenir. Et puisque les organes sont interdépendants, cela peut engendrer un déséquilibre total du système digestif.

Pour en finir avec vos problèmes digestifs, vous devez rétablir l’équilibre de votre écosystème digestif sur la base de votre alimentation. Et pour ce faire, les nutraceutiques et les ingrédients actifs dans les aliments peuvent vous être d’une grande utilité. Découvrez comment.

Les subtilités de l’écosystème digestif

L’écosystème intestinal humain se déploie sur une surface assez considérable. Même si de nos jours, les scientifiques ne s’accordent pas sur la surface exacte de l’intestin, cette dernière était auparavant évaluée entre 200 et 300 m2. Certains trouvent néanmoins que cette estimation devrait être revue à la baisse.

L’écosystème intestinal : plus fragile que vous ne le pensez

Quoi qu’il en soit, il n’en est pas moins vrai que la surface de la muqueuse intestinale est, dans tous les cas, supérieure à celle de la peau, voire similaire à celle des poumons. Ceci, laissant la largesse à tous les organes de pratiquer des échanges harmonieux entre eux afin d’atteindre leur but : faciliter l’assimilation des nutriments favorables à l’organisme et débarrasser ce dernier des allergènes et des micro-organismes pathogènes.

Mais pour que cette absorption se fasse dans des conditions optimales, vous imaginez bien que cela nécessite une épaisseur considérablement réduite de la barrière intestinale. La muqueuse digestive constitue donc une barrière extrêmement fine, mais elle doit être capable d’empêcher les macromolécules défavorables à l’organisme de rentrer dans notre sang.

En cas d’échec, les risques d’inflammation et d’infection sont extrêmement importants. Il faut noter que l’intestin transporte les nutriments vers les autres organes vitaux tel que le foie. Mais en plus, il entretient d’étroites relations avec le système lymphatique. Si la barrière intestinale manque d’étanchéité, cela aura de graves répercussions sur l’ensemble du système immunitaire.

Une barrière digestive mince, mais pas moins performante

Malgré la délicatesse de l’écosystème intestinal, ce dernier reste tout de même extrêmement efficace. Ceci, grâce aux liaisons protéiques entre les cellules de l’intestin, appelées entérocytes. Ces liaisons dites serrées, sont fortement performantes et permettent aux intestins de mener à bien leur mission.

Cependant, les liaisons protéiques en elles-mêmes ne sont pas du tout infaillibles. Elles sont influencées non seulement par l’état de santé des entérocytes, mais également par de nombreux facteurs de stress. Autrement dit, une activité physique trop faible ou trop intense, des besoins énergétiques mal comblés ou encore un stress émotionnel peuvent altérer leur efficacité.

Des éléments qui contribuent au bon fonctionnement du système digestif

Schéma de l'intestin grêle et le gros intestin pour comprendre les problèmes digestifs

En raison de la potentielle faiblesse de l’écosystème digestif, ce dernier doit être suffisamment nourri pour remplir convenablement sa mission. Malheureusement, les entérocytes ne sont que peu approvisionnés en nutriments via la circulation sanguine. En plus, des éléments nutritifs spécifiques sont essentiels à leur performance. Un simple déséquilibre peut entraîner constipation ou encore diarrhées.

La L-glutamine : un nutriment essentiel au système digestif, mais difficilement trouvable

La viabilité des cellules de l’intestin dépend non pas du glucose, mais de la L-glutamine : l’acide aminé dominant dans l’organisme. Plus impressionnant encore, ces entérocytes consomment 5 fois plus de L-glutamine que de glucose. Et au fur et à mesure que l’on descend dans le tube digestif, les organes manifestent de plus en plus un besoin plus important de ce nutriment. Pour preuve, le duodénum et la partie haute de l’intestin grêle en ont plus besoin que les autres organes.

Une défaillance dans l’apport de glutamine entraînerait donc une insuffisance d’énergie au niveau des cellules de l’intestin. Ce qui pousserait l’organisme à déclencher des techniques de compensation. Il convient donc de fournir à l’écosystème digestif une quantité suffisante de glutamine. Ce qui à priori semblerait facile. On peut trouver ce nutriment dans notre alimentation.

Mais où est donc le problème ? Je parie que c’est la question que vous vous posez à cet instant précis. Vous allez comprendre. Le hic, c’est que la glutamine se retrouve essentiellement dans les protéines difficiles à absorber par l’organisme, comme par exemple, les protéines du gluten.

Vous voyez ? In fine, la glutamine n’est pas aussi disponible que ça dans notre alimentation. Résultat ? Le duodénum et la partie haute de l’intestin grêle ne disposent pas de l’énergie nécessaire pour participer convenablement au processus de digestion.

Les enzymes digestives : indispensables à l’équilibre du microbiote intestinal

L’équilibre de la flore intestinale dépend non seulement de nos apports alimentaires, mais aussi de la performance des enzymes digestives. Les bactéries du côlon évoluent grâce à la partie non digérée des aliments ingérés. Et donc, à chaque fois qu’un aliment n’a pas été correctement assimilé, ce dernier se transforme en substrat énergétique pour ces bactéries.

Plus particulièrement, les fibres alimentaires sont métabolisées par les bactéries coliques en acides gras à courtes chaînes (AGCC), extrêmement bénéfiques dans l’apport énergétique. En outre, des bactéries génératrices des AGCC sont fondamentalement favorables à une bonne santé.

En revanche, un déséquilibre de la flore intestinale entraînerait soit une carence, soit un excès de fibres. Ceci, avec des conséquences peu flatteuses sur l’équilibre de l’écosystème digestif : inconforts digestifs, ballonnements, constipation, gaz…

Équilibre de l’écosystème intestinal : un pH pour chaque étape du processus de la digestion

Un dernier élément est crucial pour le bon fonctionnement du système digestif : le pH. Et cela nécessite encore une fois l’intervention des enzymes digestives. La barrière digestive étant particulièrement fine, sa faculté à constituer un barrage pour les micro-organismes pathogènes et les macromolécules repose sur certains facteurs.

Et c’est à ce niveau que les enzymes digestives gastriques jouent un rôle extrêmement important. Même si la température est un élément capital, elles ont surtout besoin des conditions de pH optimales pour assurer la débactérisation par bain acide de l’estomac.

Toute modification du pH indispensable serait donc nuisible pour le bon déroulement du processus de digestion. Un médicament qui modifierait le pH gastrique influencerait également la performance des enzymes gastriques et pancréatiques, et impacterait ainsi l’équilibre du microbiote intestinal.

En quoi les nutraceutiques sont-ils essentiels à l’équilibre du système digestif ?

Différents nutraceutiques à la rescousse de votre microbiote itnestinal comme des probiotiques, des enzymes digestives ou encore la glutamine

À présent que vous avez connaissance des éléments indispensables au bon fonctionnement de l’écosystème intestinal, vous vous demandez en quoi les nutraceutiques pourront être utiles. Puisque je l’ai dit en début d’article, ces principes actifs sont particulièrement bénéfiques à la flore intestinale et au système digestif tout entier.

En raison de la délicatesse de notre barrière intestinale, notre écosystème digestif a besoin d’une alimentation riche, diversifiée et bien pensée pour maintenir son équilibre. À défaut, nous faisons face à toute sortes d’inconforts digestifs. Et c’est là que les nutraceutiques (produits de santé naturels) interviennent.

Chouchoutez votre microbiote

Découvrez le fonctionnement de la flore intestinale et comment la chouchouter 😉 avec votre e-book complet (et son guide pour bien choisir vos probiotiques)

  • Je reçois mon guide digestion et ma newsletter (désinscription à tout moment)

Les nutraceutiques sous forme d’apport en L-glutamine

Vous vous rappelez de la glutamine ? Ce nutriment indispensable aux cellules de l’intestin, mais difficilement assimilable grâce à l’alimentation. Devinez quoi ? Une supplémentation de L-glutamine est possible et c’est très bénéfique pour la muqueuse intestinale. Bien évidemment, la L-glutamine doit être pure et de bonne qualité, de préférence, issue de la biofermentation.

Grâce à de petites doses de ce complément alimentaire, vous pouvez facilement apporter la quantité suffisante aux besoins de votre duodénum et de la partie haute de l’intestin grêle.

Et même si ce nutriment est difficilement métabolisable grâce aux aliments que nous ingérons, il n’en reste pas moins évident que notre alimentation constitue une source de L-glutamine.

Vous n’avez donc pas besoin de consommer une quantité extravagante de ce complément alimentaire pour observer des effets bénéfiques sur votre système digestif. D’autant plus que des propositions déraisonnables de supplémentation en L-glutamine foisonnent sur la toile. 2000 à 3000 mg de cet actif suffiront largement au début ou en dehors des repas (à fractionner en 2 ou 3). Les cures s’opèrent généralement sur 2 à 3 mois pour la santé intestinale.

Gardez donc à l’esprit que la supplémentation en L-glutamine n’est efficace que si elle est effectuée à dose modérée (il suffit de respecter les dosages indiquées).

Enfin, un apport de vitamines B via l’alimentation permet de mieux assimiler la glutamine, notamment la vitamine B12.

Les nutraceutiques sous forme de supplémentation en enzymes digestives

Vous avez déjà noté l’importance des enzymes digestives dans le processus de digestion. Là aussi, une supplémentation est possible pour faciliter la digestion des repas un peu trop riches. Si par exemple, vous vous laissez un peu aller au cours d’une fête, ces compléments alimentaires soutiendront votre écosystème intestinal et vous éviteront tout inconfort digestif.

Mais ce n’est pas tout. Un tel traitement pris sur une durée assez conséquente peut avoir des conséquences avantageuses sur la flore intestinale et le système digestif en général. Rappelez-vous. Les bactéries coliques fonctionnent grâce aux aliments peu ou pas digérés.

Si vous avez par exemple l’habitude de consommer du blé, mais que le gluten est difficilement hydrolysable par vos enzymes, ce dernier est à chaque fois transporté jusqu’au gros intestin où il favorise le métabolisme des souches de bactéries protéolytiques, qui peuvent parfois engendrer des inconforts digestifs. Il en de même lorsque vous prenez des médicaments qui modifient le pH gastrique et empêchent l’action de la pepsine.

Dans ces cas-là, une supplémentation en enzymes digestives sera bénéfique pour agir sur la nature des aliments non digérés transportés jusqu’au côlon et par ricochet, moduler l’évolution des souches bactériennes. Ce qui naturellement, améliorera votre confort digestif.

Pour bien choisir vos enzymes digestives, rien de plus simple : le produit de santé naturel doit vous apporter un large spectre. Citons au minimum des amylases, cellulases, protéases, lipases, lactases. Il peut y en avoir d’autres (par exemple, spécifique au gluten). A prendre 10 à 15 minutes avant les principaux repas.

Les nutraceutiques sous forme d’apport en fibres alimentaires

Saviez-vous que la majorité de la population française souffre d’un manque en fibres alimentaires ? Il y a de fortes chances que votre alimentation ne comble pas vos besoins quotidiens en fibres.

Vous voulez parier ? Si vous souffrez de troubles du transit intestinal, que ce soit de diarrhées, de constipation, de ballonnements, de flatulences, c’est déjà la preuve que vous apports journaliers en fibres sont insuffisants.

Des recherches ont montré qu’un adulte a besoin d’environ 30g de fibres alimentaires par jour. Une insuffisance entraîne des effets négatifs sur l’équilibre du microbiote intestinal. Et par conséquent, créé une perturbation au niveau du transit.

Bien évidemment, la première solution serait de se rabattre sur les aliments riches en fibres : fruits, légumes, produits céréaliers complets… c’est d’ailleurs ce que je préconise. L’avantage, c’est que ces aliments sont également riches en antioxydants, en polyphénols et en vitamines.
Mais dans certains cas, le déséquilibre est immense, et une alimentation riche en fibres ne fait pas le poids pour observer des résultats rapides. Une supplémentation est donc la bienvenue pour combler les besoins en fibres alimentaires. Mais, je le rappelle, la priorité pour les fibres restent l’alimentation.

Les fibres d’acacia : une excellente source de fibres alimentaires

Contrairement à l’inuline ou aux FOS, la métabolisation des fibres d’acacia se fait de manière particulièrement lente, permettant aux lactobacilles et aux bifidobactéries de bien se développer. Et en bonus, ce complément alimentaire synthétise des acides gras à courtes chaînes (AGCC), bénéfiques au métabolisme énergique des cellules.

En outre, les fibres d’acacia sont réputées pour leur douceur. Elles n’ont pas d’actions corrosives sur la muqueuse de l’intestin. Et elles ne provoquent ni de gaz, ni d’autres types d’inconforts. Si vous avez du mal à intégrer des aliments riches en fibres à vos repas, cet ingrédient de santé est une excellente alternative pour une complémentation.

Pensez également au psyllium, riche en fibre soluble, et qui convient quel que soit l’état du transit (accéléré ou ralenti – prendre un avis médical si prise concomitante de médicaments).

Autres sources de supplémentation en fibres

D’autres ingrédients de santé naturels sont aussi excellents pour une supplémentation en fibres alimentaires. Les produits à base de 2’-fucosyllactose apportent par exemple les mêmes nutriments que le lait maternel, réputé pour sa richesse en fibres.

Des polyphénols tels que les ellagitannins (punicalagine) de la grenade présentent aussi d’énormes avantages pour les bactéries du microbiote intestinal. En outre, plusieurs travaux scientifiques ont démontré les bienfaits santé de la métabolisation de ces polyphénols, les ellagitannins en l’occurrence.

Les nutraceutiques pour protéger le foie

Chardon-marie, excellent complément alimentaire pour prendre soin de votre foie et donc votre digestion

L’une des conséquences néfastes d’une alimentation trop pauvre en fibres, c’est la création d’une surcharge hépatique. Lorsqu’il y a trop peu de fibres dans la partie basse de l’intestin, le cycle entéro-hépatique est altéré et les toxines et des graisses peuvent librement entrer dans le foie.

C’est pourquoi, en plus d’une supplémentation en fibres, il faut soutenir la fonction hépatique à travers des ingrédients de santé tels que des extraits d’artichaut ou la silymarine (issu du chardon-marie).

Les nutraceutiques sous forme de probiotiques

Le microbiote intestinal est constitué d’une population de bactéries qui œuvrent pour le bon fonctionnement de notre système digestif, mais également de notre immunité en général. Il s’agit essentiellement des bifidobactéries et des lactobacilles.

Et l’autre conséquence d’une alimentation pauvre en fibres, c’est l’appauvrissement que cela engendre au niveau de la flore intestinale. Autrement dit, les bonnes bactéries deviennent rares et elles ne peuvent plus empêcher les souches bactériennes pathogènes telles que les levures ou les bactéries protéolytiques de se développer.

Bien évidemment, le meilleur moyen de rééquilibrer les choses est d’enrichir le microbiote à travers des apports alimentaires en fibres. Les probiotiques sont particulièrement performants pour soutenir le développement des souches des bactéries dites favorables. Les produits lactofermentés tels que la choucroute ou le yaourt constituent d’excellentes sources de probiotiques que vous pouvez insérer à votre alimentation.

Toutefois, pour augmenter vos chances de parvenir à des résultats plus rapides, les probiotiques sous forme d’ingrédients de santé naturels vous seront d’une extrême utilité. Ces compléments alimentaires microbiotiques ont largement fait leur preuve dans la lutte contre les troubles de transit intestinal.

Quelle forme de supplémentation en probiotiques ?

Attention ! Vous devez garder à l’esprit que la majeure partie des probiotiques retrouvés sur le marché ne répondent pas aux conditions idéales permettant aux bactéries de bien évoluer.

Le problème le plus souvent rencontré, c’est le mauvais conditionnement de ces produits. Les bactéries lyophilisées ont la capacité de se réhydrater très rapidement parce qu’elles captent facilement l’humidité présente dans l’air ambiant. Dans ce cas, elles s’activent et le milieu dans lequel elles se trouvent doit pouvoir leur fournir le substrat énergétique nécessaire à leur développement. À défaut, ces bactéries sont immédiatement détruites.

Mais force est de constater que les compléments microbiotiques généralement disponibles sur le marché ne répondent pas aux facteurs de conditionnement essentiels aux bactéries. Les matériaux avec lesquels ils sont conditionnés constituent plutôt une barrière à l’humidité de l’air. Résultat : les bactéries que ces produits contiennent meurent au bout de quelques semaines.

D’un autre côté, ces produits ne sont pas micro-encapsulés. Et dans ce cas, les bactéries ingérées sont en grande partie détruites suite au contact avec les acides biliaires ou l’acidité gastrique.

Autrement dit, si vous ne faites pas les bons choix, vous risquez de vous procurer un produit dénué de toute bactérie et qui ne vous sera d’aucune utilité.

Les nutraceutiques pour toute la sphère digestive

Jusque-là, je me suis focalisé sur les nutraceutiques pouvant intervenir dans les principaux enjeux de l’écosystème digestif. Toutefois, il existe de nombreux autres actifs ayant des effets bénéfiques sur le système digestif.

L’acide caprylique, les extraits de lapacho et de feuilles d’olivier présentent de nombreux atouts pour l’écosystème intestinal. Il y également les extraits de pépins de pamplemousse qui en plus, sont riches en flavonoïdes. N’hésitez pas à approcher votre médecin pour obtenir plus de conseils dans l’utilisation de ces différents nutraceutiques.

Besoin de conseils supplémentaires pour choisir vos ingrédients de santé naturels ?

Et voilà ! Vous savez à présent pourquoi les nutraceutiques occupent une place importante dans notre écosystème intestinal. Alors oui, ces actifs ne visent pas à remplacer votre consommation des aliments riches et diversifiés.

Rien ne vaut une alimentation équilibrée et adaptée pour rétablir l’équilibre de l’écosystème digestif ! Mais tous les nutraceutiques énoncés dans cet article serviront à soutenir votre alimentation et à prévenir tout déséquilibre au niveau de votre microbiote.

Chouchoutez votre microbiote

Découvrez le fonctionnement de la flore intestinale et comment la chouchouter 😉 avec votre e-book complet (et son guide pour bien choisir vos probiotiques)

  • Je reçois mon guide digestion et ma newsletter (désinscription à tout moment)

Mais vous savez quoi ? Il y a encore un tas de choses que vous devez savoir sur la flore intestinale. Et je parie que vous vous demandez comment choisir les bons nutraceutiques. Comme évoqué pour les probiotiques, il faut pouvoir reconnaître les bons actifs. Heureusement, vous allez obtenir dans quelques instants un e-book qui répondra à toutes vos questions sur le microbiote intestinal, et surtout, vous montrera comment en prendre soin.

Chouchoutez votre microbiote Découvrez le fonctionnement de la flore intestinale et comment la chouchouter 😉 avec cet e-book complet (et son guide pour bien choisir vos probiotiques)
  • Je reçois mon guide digestion et ma newsletter (désinscription à tout moment)

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

11 réponses

  1. Bonjour Mathieu, merci pour tous vos conseils ! Et cet article très instructif. Que pensez-vous de ce type de complément pour 4 gélules : Lglutamine (100mg), extraits de mélisse (160mg), camomille (160mg), oignon (150mg), curcuma(120mg), vitB2 (0,84mg). Cela semble très peu en Lglutamine, mais est-ce efficace quand même ? Merci d’avance 🤗

    1. Bonjour,

      Merci pour votre confiance !

      Je ne sais pas pour quel besoin ? Sphère digestive ?
      Si cela est le cas, la glutamine ne va aider que légèrement car elle est sous dosée. LA mélisse et la camomille, impossible de savoir quelle quantité réelle de plante si cela est un « extrait » quelle est la quantité en équivalent plante ? idem pour le curcuma, quid de la quantité de curcumine ?

      Avec ces précisions, je pourrai vous donner une réponse plus précise.

      Je suis impatient de vous lire 😊,

      Mathieu

  2. Merciiii pour toutes ses précieuses informations.
    Si tous les médecins étaient engagés comme vous….il y aurait énormément de personnes en meilleure santé .

    1. bonjour,

      Je vous remercie pour votre message. Je suis ravi que cet article vous plaise 😀

      Très bonne journée, à très vite sur Nutrastream 😉

      Mathieu

  3. Bonjour Mathieu,

    Superbe article, merci.

    J’utilise la glutamine selon tes conseils et j’ai pu observer une nette amélioration sur mes intestins. Depuis 1 mois. Je peux continuer un peu ?

    Bonne journée,

    Éric

    1. Bonjour Eric,

      Je vous remercie pour votre message. Oui, vous pouvez en effet continuer la glutamine, généralement la cure s’étend sur 2 à 3 mois. Je suis ravi que vous ressentez une efficacité sur votre santé digestive.

      A très vite sur Nutrastream,

      Mathieu

    1. Bonjour Alicia,

      Ravi que cela vous plaise 😊

      A très vite sur votre média Nutrastream,

      Mathieu

  4. Bonjour Mathieu
    que prendre pour une acidité gastrique et des ballonnements ?
    je vous remercie.

  5. Bonjour, j’ai tout lu et viens de m’inscrire pour recevoir le ebook. Cependant, je suis tout de même perdu concernant les probiotiques et leurs conditionnement. En clair, est ce que cela veut dire que des probiotiques dans une boîte en plastique non entamés encore ( acheter il y a plus de 2 semaines), n’aurait plus d’effets?. De plus, quels laboratoire ou quelle marque nous conseillerez vous?

    1. Bonjour Sonia,

      Je vous remercie pour votre message 😀
      Il n’y a aucun problème si vous avez acheté un probiotique il y a deux semaines. Il faut respecter les conditions d’utilisation sur l’étiquetage.

      Concernant les marques, je n’en conseille pas spécifiquement en tant que média indépendant 😀 mais je réponds à vos questions 😉

      A très vite sur Nutrastream

      Mathieu

Prenez en main votre santé

Rejoignez la communauté et recevez nos nouveautés tous les 15 jours par email